Twitter : Elon Musk prévoit des licenciements massifs

Twitter

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Alors que les employés de Twitter sont confrontés à des licenciements massifs prévu par Elon Musk, à partir d’aujourd’hui, un groupe d’employés a intenté un procès au nouveau patron pour ne pas avoir donné un préavis de licenciement approprié en vertu des lois fédérales et californiennes.

Le procès – à lire ici – intervient alors que la plateforme a connu « une baisse massive de ses revenus, en raison de la pression exercée par des groupes activistes sur les annonceurs », a déclaré Musk.

L’action en justice visant à obtenir le statut de recours collectif a été déposée dans le Northern District of California à San Francisco par Emmanuel Cornet, Justine De Caires, Grae Kindel, Alexis Camacho et Jessica Pan « individuellement et au nom de toutes les autres personnes se trouvant dans la même situation » contre Twitter « pour sa violation et sa violation ultérieure anticipée » de la loi fédérale. Lisa Bloom, éminente avocate et fille de l’avocate de la défense Gloria Allred (et également, pendant un temps, membre de l’équipe de défense d’Harvey Weinstein), s’est montrée particulièrement bruyante en essayant de galvaniser les travailleurs de Twitter pour qu’ils engagent une action en justice. « Travailleurs de Twitter licenciés ! Dans le cadre de l’accord d’acquisition, Elon a promis que vous recevriez les mêmes indemnités de licenciement et les mêmes avantages que les travailleurs licenciés avant son arrivée », a-t-elle écrit dans l’un de ses nombreux tweets. « J’ai parlé à de nombreux Tweeps licenciés aujourd’hui ».

Les licenciements massifs sur Twitter devraient commencer sous peu, alors qu’Elon Musk entame son remaniement. Cornet a été licencié le 1er novembre sans avertissement écrit préalable. Les plaignants De Caires, Pan et Kindel ont été privés de leurs comptes Twitter le 3 novembre, « ce qu’ils ont compris comme un signal de licenciement ». Selon le procès, la loi fédérale WARN et la loi californienne WARN exigent un préavis écrit de 60 jours en cas de licenciement collectif. Plusieurs tweets font également état d’une loi similaire dans l’État de New York et au Royaume-Uni, ce dernier exigeant un préavis de 90 jours. « Les plaignants craignent que Twitter ne poursuive ces licenciements sans fournir le préavis requis », indique l’action en justice.

Dans un document déposé auprès de la SEC plus tôt cette année, alors que la société était encore cotée en bourse, elle a déclaré avoir 7 500 employés à temps plein au 31 décembre 2021. Jusqu’à 50 % du personnel de l’entreprise pourrait être licencié, les notifications commençant à arriver aujourd’hui.

Pendant ce temps, Musk s’est rendu sur Twitter pour tirer la sonnette d’alarme concernant la publicité. General Mills, Audi et d’autres ont confirmé ces derniers jours qu’ils avaient interrompu leur publicité sur Twitter après l’ascension de Musk. La clôture de l’opération, la semaine dernière, a été marquée par une recrudescence des contenus désobligeants et a semé le doute sur les futures politiques de modération sous la nouvelle direction. Musk a déclaré qu’il adopterait une approche plus passive de la modération et qu’il ne croyait pas aux interdictions permanentes, y compris pour l’ancien président Donald Trump.

Musk, qui s’est nommé seul directeur après avoir dissous le conseil d’administration et renvoyé les cadres supérieurs, a annoncé qu’il prévoyait de mettre en place un comité chargé d’évaluer les politiques de modération et a promis de ne pas prendre de nouvelles mesures ni d’apporter de changements avant que cet organe ne fasse le point. Mais ses tentatives d’apaiser Madison Avenue se heurtent à une résistance qu’il attribue aux « activistes ». Il a réitéré dans un tweet aujourd’hui que « rien n’a changé avec la modération du contenu et nous avons fait tout ce que nous pouvions pour apaiser les militants. C’est un véritable gâchis ! Ils essaient de détruire la liberté d’expression en Amérique ».

Des acteurs influents d’Hollywood et d’autres ont quitté ou menacé de quitter la plateforme.

Musk a acquis Twitter pour 44 milliards de dollars, l’entreprise s’étant fortement endettée. Une baisse des revenus est à l’opposé de ce dont Twitter a besoin. La publicité est sa principale source de revenus. Les licenciements permettront de réduire les coûts. Mais la forme de Twitter en tant qu’entreprise devient moins claire de jour en jour.