Tchad : Répression d’une violente manifestation à N’Djamena; des morts déplorés

Tchad : Répression d'une violente manifestation à N’Djamena; des morts déplorés

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

À N’Djamena, la capitale du Tchad, les manifestants sont déterminés à poursuivre le face à face avec les forces de l’ordre malgré la répression. Constat fait dans certains quartiers ce 20 octobre 2022, on déplore des morts. C’est le cas à Moursal où deux jeunes ripostant au gaz lacrymogène, par des jets de pierres, ont été canardés par les éléments du groupement mobile d’intervention de la police.

Les éléments du groupement mobile ont emporté un corps, mais ont été empêchés par des femmes d’emporter un deuxième. Les agents de la croix rouge sur place ont emporté le deuxième corps recouvert du drapeau tricolore par les manifestants.

Ce n’est pas fini. À Habbena une autre localité, à proximité du rond-point du 10 octobre, on aperçoit un autre corps, d’un jeune gisant dans une nappe de sang. À l’hôpital de l’Union, cinq corps ont été juxtaposés autour de huit heures du matin. Dans cette avalanche de violence, 8 cas légers sont pris en charge sur place, tandis que 17 sont envoyés aux urgences.

Un policier est décédé ce 20 octobre dans la matinée à l’hôpital central de la capitale. Il avait été évacué d’urgence, entouré de plusieurs de ses collègues, et aurait succombé à une blessure par balle. Son corps a été transféré à la morgue, a constaté Alwihda Info. Les corps d’au moins huit manifestants sont actuellement à la morgue de l’hôpital général de référence nationale qui ne cesse de recevoir des blessés.

Des blessés et de nombreuses arrestations sont également a noté dans le cadre de cette manifestation interdite de centaines de personnes à N’Djamena.

« Ils nous tirent dessus. Ils tuent notre peuple. Les soldats du seul général qui a refusé d’honorer sa parole et aujourd’hui c’est la fin des 18 mois, voilà comment il entend installer la dynastie en tuant le peuple », a déclaré dans un message sur Twitter Succès Masra, l’un des principaux opposants du parti Les Transformateurs, qui avait lancé mercredi un appel à manifester pacifiquement.

Le bilan provisoire s’alourdira certainement, vu la détermination des manifestants et la violence exercée sur le terrain.