Royaume Uni : Meta et Pinterest jugés « responsables » du suicide d’une adolescente

meta pinterest jugés responsables suicide

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Les deux réseaux sociaux Meta et pinterest ont récemment été jugés et reconnus responsables d’avoir poussé au suicide une jeune Anglaise en 2017 par un tribunal anglais. C’est la première fois que les plateformes sont reconnues comme ayant eu légalement un lien avec un décès.

En 2017, Molly Russel, une Britannique de 14 ans, s’était suicidée. L’histoire, a marqué profondément l’Angleterre. Cinq ans plus tard, l’influence des réseaux sociaux a été mise en cause par la justice britannique, ce qui relance le débat de l’influence d’Internet au Royaume-Uni.

Lorsque Molly met fin à ses jours dans le nord-ouest de Londres, ses proches tentent de comprendre et découvrent rapidement que la jeune fille de 14 ans qui souffrait d’une dépression, avait été exposée à des contenus évoquant suicide, dépression et automutilation, particulièrement sur les plateformes connues Instagram et Pinterest. Sur cette dernière, l’adolescente aurait même visualisé un contenu dédié à la dépression nommé « 10 épingles de dépression que vous pourriez aimer ». « Les réseaux sociaux ont aidé à tuer ma fille » déclare Ian Russel aux médias, ajoutant que « Les enfants ne devraient pas être sur une plateforme qui présente un risque pour leur vie ».

C’est une enquête émanant d’un coroner, une sorte d’enquêteur rattaché à un tribunal britannique, qui vient confirmer la responsabilité des plateformes dans la mort de Molly Russel. Il précise qu’une partie du contenu était « particulièrement explicite tendant à décrire l’automutilation et le suicide comme une conséquence inévitable d’une maladie dont elle ne pourrait pas guérir », remettant sans équivoque la faute sur « le fonctionnement des algorithmes des réseaux sociaux, qui ont tendance à proposer aux utilisateurs du contenu similaire avec ce qu’ils ont vu précédemment ». 

Pendant les dix jours d’audience, des représentants de Meta (propriétaire d’Instagram) et Pinterest se sont excusés pour la mort de la jeune fille, soulignant mettre tout en œuvre pour modérer les contenus postés.