Révélation : L’université de Cambridge admet avoir profité de l’esclavage

La prestigieuse université britannique de Cambridge a admis avoir bénéficié de la traite transatlantique des esclaves, qui s’est déroulée du XVIe au XIXe siècle et a impliqué des Africains expulsés de force de leurs terres et obligés de travailler dans les Amériques pour des propriétaires terriens européens.

Le propre groupe consultatif de Cambridge sur les héritages de l’esclavage a constaté que les familles liées au commerce envoyaient leurs enfants à l’université, que de nombreux collèges finançaient leurs activités en investissant dans des entreprises liées au colonialisme et à l’esclavage, et comment certains intellectuels de Cambridge défendaient l’esclavage.

Le vice-chancelier, le professeur Stephen J Toope, a expliqué la raison pour laquelle le rapport a été commandé : « L’enquête visait à ajouter à la somme de nos connaissances historiques, en partant du principe qu’en tant qu’université mature et axée sur la recherche, il est préférable que Cambridge sache que de ne pas connaître son passé. »

« Le rapport et ses recommandations ne sont pas une fin en soi. Au lieu de cela, j’espère qu’ils permettront certaines des conversations et des décisions nécessaires pour rendre le Cambridge de demain plus réfléchi, plus équitable et plus ouvert à tous les talents », a poursuivi le professeur Toope. .

L’université a déclaré qu’elle essaierait de répondre aux conclusions du rapport, notamment en étant plus inclusive, en élargissant l’accès aux étudiants noirs.

Similaires