Phillipines : Au moins 42 morts dans des inondations et des glissements de terrain

Philipines inondations glissements de terrain

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Des inondations soudaines et des glissements de terrain provoqués par des pluies torrentielles ont submergé une province du sud des Philippines, tuant au moins 42 personnes, en laissant 16 autres disparues et piégeant certains habitants sur leurs toits, ont indiqué des responsables vendredi.

La plupart des victimes ont été emportées par les eaux en furie et se sont noyées ou ont été frappées par des coulées de boue remplies de débris dans trois villes de la province de Maguindanao, durement touchée, a déclaré Naguib Sinarimbo, ministre de l’Intérieur de cette région autonome musulmane de cinq provinces dirigée par d’anciens guérilleros.

Ces pluies d’une intensité inhabituelle ont été déclenchées par la tempête tropicale Nalgae, qui devait frapper la côte orientale du pays depuis l’océan Pacifique samedi, selon les prévisionnistes.

Le temps orageux a incité les garde-côtes à interdire les déplacements par mer dangereusement agitée, alors que des millions de Philippins prévoyaient de se rendre, au cours d’un long week-end, sur les tombes de leurs proches et de se réunir en famille à l’occasion de la Toussaint, dans ce pays majoritairement catholique.

« La quantité d’eau de pluie qui est tombée pendant la nuit était inhabituellement importante et a dévalé les flancs des montagnes et gonflé les rivières », a déclaré M. Sinarimbo par téléphone à l’Associated Press.

« J’espère que le nombre de victimes n’augmentera pas davantage, mais il y a encore quelques communautés que nous n’avons pas atteintes », a déclaré M. Sinarimbo, ajoutant que les pluies avaient diminué depuis vendredi matin, ce qui a permis aux inondations de commencer à se résorber dans plusieurs villes.

M. Sinarimbo a indiqué que, d’après les rapports des maires, des gouverneurs et des responsables de l’intervention en cas de catastrophe, 27 personnes sont mortes, principalement par noyade et glissement de terrain dans la ville de Datu Odin Sinsuat, 10 dans la ville de Datu Blah Sinsuat et cinq autres dans la ville d’Upi, toutes à Maguindanao.

Six personnes étaient portées disparues à Datu Blah Sinsuat et 10 autres à Upi, a indiqué M. Sinarimbo. Une équipe de secours a signalé que les corps d’au moins 11 villageois ont été retrouvés à Kusiong, un village tribal situé au pied d’une montagne à Datu Odin Sinsuat, où les inondations et les glissements de terrain ont également touché les maisons de la communauté, a déclaré Sinarimbo.

« Ils ont pu en sauver quelques-uns plus tôt, mais maintenant, ils essaient seulement de déterrer les corps », a-t-il dit, ajoutant qu’on ne savait pas combien de personnes étaient portées disparues à Kusiong en raison de la confusion qui régnait après que la tragédie ait frappé la communauté.

Les responsables de l’armée ont également fait état d’au moins 42 morts dans la tempête à Maguindanao et ont déclaré dans un communiqué que leurs forces « continuaient à secourir les personnes prises au piège dans l’inondation en collaboration avec les équipes locales de secours » et à emmener les personnes déplacées dans des camions de l’armée vers des camps d’évacuation.

Les pluies exceptionnellement fortes ont inondé plusieurs villes de Maguindanao et des provinces périphériques dans une région montagneuse aux plaines marécageuses. Les eaux de crue sont rapidement montées dans de nombreux villages de faible altitude, obligeant certains habitants à grimper sur leurs toits, où ils ont été secourus par les troupes de l’armée, la police et des volontaires, a déclaré Sinarimbo.

De nombreuses zones inondées ne l’avaient pas été depuis des années, notamment dans la ville de Cotabato, où Sinarimbo a déclaré que sa maison avait été inondée. « Dans une zone d’Upi, seul le grenier d’une école peut être vu au-dessus de l’eau de crue », a déclaré Nasrullah Imam, responsable des interventions en cas de catastrophe, en faisant référence à une ville de Maguindanao inondée.

Les larges bandes de pluie de Nalgae, la 16e tempête à frapper l’archipel philippin cette année, lui ont permis de déverser des précipitations dans le sud du pays alors que la tempête soufflait plus au nord, selon le prévisionniste du gouvernement Sam Duran.

Vendredi en fin d’après-midi, la tempête se trouvait à environ 180 kilomètres (110 miles) à l’est de la ville de Catarman, dans la province de Samar Nord, avec des vents soutenus atteignant 85 kilomètres (53 miles) par heure et se déplaçant vers le nord-ouest.

Des dizaines de provinces et de villes étaient en alerte tempête, y compris la capitale, Manille. Les bateaux de pêche, les cargos et les ferries inter-îles ont été empêchés de s’aventurer en mer, laissant des milliers de passagers en détresse, selon les garde-côtes.

Environ 5 000 personnes ont été évacuées par mesure de protection loin de la trajectoire de la tempête, qui ne devrait pas se transformer en typhon à l’approche des terres, selon les prévisionnistes du gouvernement et d’autres responsables.

Environ 20 typhons et tempêtes frappent l’archipel des Philippines chaque année. Il est situé sur la « ceinture de feu » du Pacifique, une région qui longe la majeure partie du bord de l’océan Pacifique et où se produisent de nombreuses éruptions volcaniques et de nombreux tremblements de terre, ce qui fait de ce pays l’un des plus exposés aux catastrophes dans le monde.