Philippines : Des chapeaux « anti-triche » pour les étudiants

Philippines chapeaux anti-triche

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Des images d’étudiants portant des « chapeaux anti-triche » pendant les examens universitaires sont devenues virales sur les médias sociaux aux Philippines, suscitant l’amusement.

Les étudiants d’une université de Legazpi City ont été invités à porter un couvre-chef qui les empêcherait de regarder les copies des autres.

Beaucoup ont réagi en créant des dispositifs faits maison à partir de carton, de boîtes à œufs et d’autres matériaux recyclés. Leur tutrice a déclaré à la BBC qu’elle cherchait un « moyen amusant » de garantir « l’intégrité et l’honnêteté » dans ses cours.

Mary Joy Mandane-Ortiz, professeur d’ingénierie mécanique à la faculté d’ingénierie de l’université de Bicol, a déclaré que l’idée avait été « vraiment efficace ». Elle a été mise en œuvre lors des récents examens de mi-parcours, auxquels ont participé des centaines d’étudiants de l’université au cours de la troisième semaine d’octobre.

Le professeur Mandane-Ortiz a déclaré que sa demande initiale était que les étudiants réalisent un dessin « simple » en papier. Elle s’est inspirée d’une technique qui aurait été utilisée en Thaïlande quelques années auparavant.

En 2013, une image est devenue virale, montrant une salle d’étudiants universitaires à Bangkok en train de passer des examens en portant des « rabats d’oreille », des feuilles de papier collées de chaque côté de leur tête pour obscurcir leur vision.

Le professeur Mandane-Ortiz a déclaré que ses ingénieurs en formation ont pris l’idée et l’ont mise en pratique – dans certains cas, ils ont inventé des couvre-chefs complexes en « seulement cinq minutes » avec n’importe quel objet qui traînait. D’autres ont enfilé des chapeaux, des casques ou des masques d’Halloween pour répondre à la demande.

Ils auraient également inspiré des écoles et des universités d’autres régions du pays à encourager leurs propres étudiants à créer des couvre-chefs anti-triche.

Le professeur Mandane-Ortiz a déclaré que ses élèves ont obtenu de meilleurs résultats cette année, car les conditions d’examen strictes les ont incités à étudier plus sérieusement.

Beaucoup d’entre eux ont terminé leurs examens plus tôt, a-t-elle ajouté, et personne n’a été pris en train de tricher cette année.