Moscou accuse l’Ukraine de détourner une partie du gaz russe destiné à la Moldavie

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Le géant russe Gazprom a menacé mardi de réduire ses livraisons de gaz vers la Moldavie en accusant Kiev de siphonner le gaz en transit sur son territoire.

Le géant russe de l’énergie, Gazprom, a déclaré mardi que l’Ukraine détournait les approvisionnements en gaz naturel transitant par la Moldavie et a menacé de réduire les livraisons par un gazoduc clé vers l’Europe en réponse à ces allégations. Ces allégations sont le dernier point de tension sur les livraisons d’énergie entre Kiev, les capitales européennes et Moscou, qui a réduit les envois vers l’Europe en réponse aux sanctions occidentales liées au conflit en Ukraine.

« Le volume de gaz fourni par Gazprom… pour le transit vers la Moldavie via l’Ukraine est supérieur au volume physique transmis à la frontière de l’Ukraine avec la Moldavie », a déclaré Gazprom dans un communiqué. La société basée à Saint-Pétersbourg a déclaré que l’Ukraine avait empêché la livraison de 52,52 millions de mètres cubes à la Moldavie et a menacé de procéder à des coupures en réponse.

« Si le déséquilibre de transit à travers l’Ukraine pour les consommateurs moldaves persiste, le 28 novembre, à partir de 10h00, Gazprom commencera à réduire l’approvisionnement en gaz » par un point de transit clé pour les livraisons à l’Europe, a indiqué la compagnie. L’Ukraine a démenti ces allégations, affirmant que tous les volumes de gaz destinés aux consommateurs moldaves ont été transférés « dans leur intégralité ».

« En menaçant de réduire les volumes de transport de gaz vers la Moldavie, Gazprom tente de priver ce pays de la possibilité d’utiliser le système ukrainien de transport de gaz (SGT) », a déclaré Olga Bielkova, responsable de l’opérateur du SGT ukrainien, dans un communiqué. « Ce n’est pas la première fois que la Russie a recours à l’utilisation du gaz comme instrument de pression politique », a-t-elle ajouté.

« Elle manipule les faits pour justifier sa décision de limiter davantage le volume des livraisons de gaz aux pays européens. » Ces menaces interviennent à un moment précaire pour la sécurité énergétique en Europe, qui s’est démenée pour remplir les sites de stockage de gaz avant l’hiver.