Mexique : La police trouve un chien avec un bras humain dans sa gueule

police mexicaine a aperçu chien avec bras humain dans sa gueule

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

La police mexicaine a déclaré mercredi avoir trouvé un corps humain démembré après avoir aperçu un chien trottant dans la rue avec un bras humain dans sa gueule.

C’est la troisième fois au cours du mois dernier que des chiens sont vus au Mexique en train de trotter avec des parties de corps humains.

La police de l’État d’Oaxaca, dans le sud du pays, a déclaré avoir répondu à un appel mercredi matin concernant « un chien noir qui portait dans sa gueule un bras humain ».

Les procureurs de l’État ont ensuite déclaré que cette découverte les a conduits à trouver d’autres parties du corps démembré dans un quartier de la banlieue de la ville d’Oaxaca, la capitale de l’État.

La cause de la mort et l’identité de la victime n’étaient pas immédiatement connues.

Fin octobre, les habitants d’une ville de l’État de Zacatecas (centre-nord) ont vu un chien courir dans la rue avec une tête humaine dans sa gueule. La police a finalement réussi à arracher la tête au chien.

Dans cette affaire, la tête et d’autres parties du corps avaient été laissées dans un guichet automatique de la ville de Monte Escobedo, Zacatecas, à côté d’un message faisant référence à un cartel de la drogue. Mais avant que la police ne puisse agir, un chien errant s’est enfui avec la tête du cadavre.

Une vidéo publiée sur les médias sociaux montre le chien trottant dans une rue sombre, tenant la tête par le cou dans ses mâchoires, avec l’intention apparente de l’emmener dans un endroit sûr pour la manger.

Zacatecas a été le théâtre d’une guerre de territoire sanglante et prolongée entre des gangs locaux soutenus par les cartels de la drogue de Sinaloa et de Jalisco.

Début novembre, des tombes clandestines contenant des restes humains ont été découvertes dans l’État de Guanajuato, dans le centre du Mexique, après que des voisins eurent signalé à des chercheurs bénévoles qu’ils avaient vu un chien avec une jambe humaine. Les autorités de l’État n’ont pas confirmé cette information.