Mali : La vidéo d’un homme marchant sur le Coran crée un scandale

Coran Mali

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Au Mali, sur les réseaux sociaux, la vidéo d’un homme marchant sur le Coran est au centre de tous les débats. La vidéo en question suscite tellement de réactions que les autorités du Mali et celles d’autres pays qui se sentent aussi concernées par l’affaire ont repris le dossier en main. Plusieurs procédures ont été lancées pour retrouver cet individu don l’identité demeure pour le moment inconnue.

Depuis la fin du moins d’octobre dernier, une vidéo d’un non-croyant fait rage sur les réseaux sociaux. Dans cette vidéo, l’on pouvait apercevoir un homme qui se déchaîne sur l’islam avec des propos acerbes. L’homme qui se dit être de la croyance des ancêtres, le kémitisme est même allé encore plus loin en montant pieds nus sur le Coran. Mais bien avant de se mettre sur le livre saint, le jeune homme brandit le livre sacré des musulmans et sort des propos jugés blasphématoires, en affirmant pouvoir prouver que les paroles qui y sont inscrites ne sont rien d’autre que les fruits « du banditisme des Arabes ».

Une attitude qui a provoqué une vive polémique au Mali surtout au sein de la communauté musulmane. Par ailleurs, le ministère des Affaires religieuses à travers un communiqué en date du 31 octobre dernier, a dit avoir pris connaissance des actes de cet homme qui pourrait « porter atteinte à l’ordre public » avec amertume. Selon le ministre Mahamadou Koné, il s’agit là des « propos et actes blasphématoires de la part d’un individu mal intentionné à l’encontre de l’islam, religion de la majorité des Maliens ».

Aussi, le Parquet général de la Cour d’Appel de Bamako s’est auto-saisi du scandale qu’il qualifie d’ « agissements injurieux contre le Coran, le prophète Mohamed […] et l’islam ». D’ailleurs, les autorités exigent de la part de l’écrivain Doumbi Fakoly, le chef représentant du kémitisme, culte très peu représenté dans le pays des démarches pouvant les aidés à retrouver le jeune homme incriminé, « avant que les musulmans » ne le trouvent. Le jeune homme auteur de la vidéo devra être sanctionné pour avoir violé l’article 58 du Code pénal.