Kenya : un journaliste pakistanais abattu par la police

journaliste pakistanais abattu police kenya

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Arshad Sharif, journaliste pakistanais et animateur de télévision, a été abattu dimanche soir par la police kenyane suite à une « erreur d’identité » selon les dires de la police. Selon les médias locaux, Arshad Sharif a été tué d’une balle dans la tête par la police après avoir franchi, avec son chauffeur, un barrage routier mis en place pour contrôler les véhicules à moteur sur l’autoroute. 

Son chauffeur a également été blessé lors de l’incident. Ils conduisaient de la ville de Magadi à Nairobi lorsqu’ils ont été arrêtés à un barrage routier tenu par un groupe de policiers, a indiqué la police. 

Selon la police, à ce barrage, les policiers étaient censés intercepter une voiture similaire à celle que Sharif et son chauffeur conduisaient, à la suite d’un détournement de voiture dans le quartier de Pangani, à Nairobi, où un enfant a été pris en otage.

L‘épouse de SharifJaveria Siddique, a déclaré sur Twitter : « J’ai perdu mon ami, mon mari et mon journaliste préféré @arsched aujourd’hui, selon la police, il a été abattu au Kenya ». « Respectez notre vie privée et au nom de la rupture, ne partagez pas nos photos de famille, nos détails personnels et ses dernières photos de l’hôpital. Souvenez-vous de nous dans vos prières », a-t-elle ajouté. « La mort d’Arshad Sharif est une grande perte pour le journalisme et le Pakistan. Que son âme repose en paix et que sa famille, qui comprend ses fidèles, ait la force de supporter cette perte », a tweeté le président Arif Alvi. 

Sharif a travaillé pour le quotidien anglais local Dawn et a ensuite animé une émission politique populaire sur ARY News, un diffuseur local, pendant plusieurs années. Sharif est parti à Dubaï Sharif avait quitté le pays, d’abord pour Dubaï, puis pour Londres, en août, après que sa chaîne se soit séparée de lui, sans citer de raison particulière, à la suite de l’éviction de l’ancien Premier ministre Imran Khan par un vote de défiance en avril. 

Sharif et d’autres responsables d’ARY ont été accusés de sédition à la suite d’une interview controversée de Shahbaz Gill, un dirigeant du parti Pakistan Tehreek-e-Insaf de Khan, diffusée sur la chaîne en août. 

Gill a ensuite été arrêté et libéré sous caution. -L’enquête commence. Pendant ce temps, l’Autorité indépendante de surveillance de la police (Ipoa) du Kenya déclare avoir ouvert une enquête sur le meurtre du journaliste pakistanais Arshad Sharif. 

Sa directrice, Ann Makori, a déclaré aux journalistes dans la capitale, Nairobi, qu’une équipe d’intervention rapide avait été envoyée pour enquêter sur le meurtre du journaliste. Sharif était connu pour être un fervent partisan de Khan et critiquait ouvertement le rôle présumé des institutions publiques dans son éviction.