Indonésie : découverte effroyable à l’intérieur d’un python

femme decouverte à l'intérieur d'un python

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

L’effroyable découverte en Indonésie du corps d’une femmedans un python fait énormément jaser, selon les rapports locaux.

Jahrah, la cinquantaine, s’était rendue dimanche matin à son travail dans une plantation d’hévéas. Elle a été portée disparue après ne pas être rentrée le soir même, et des équipes de recherche ont été envoyées pour la retrouver. Un jour plus tard, les villageois ont trouvé un python avec ce qui semblait être un gros estomac. Les habitants ont ensuite tué le serpent et ont trouvé son corps à l’intérieur.

« La victime a été trouvée dans l’estomac du serpent », a déclaré le chef de la police de Betara Jambi, AKP S Harefa, aux médias locaux, ajoutant que son corps semblait être en grande partie intact lorsqu’il a été trouvé. Il a ajouté que le mari de la victime avait trouvé dimanche soir certains de ses vêtements et des outils qu’elle avait utilisés dans la plantation d’hévéas, ce qui l’a amené à lancer une opération de recherche.

Après que le serpent qui mesurait au moins 5 m de long – ait été repéré lundi, les villageois l’ont attrapé et tué pour vérifier l’identité de la victime. « Après avoir découpé le ventre, ils ont découvert que c’était Jahrah à l’intérieur », a déclaré M. Harefa à CNN Indoneisa.

Bien que de tels incidents soient rares, ce n’est pas la première fois qu’une personne en Indonésie est tuée et mangée par un python. Deux décès similaires ont été signalés dans le pays entre 2017 et 2018.

Les pythons avalent leur nourriture en entier. Leurs mâchoires sont reliées par des ligaments très flexibles afin qu’elles puissent s’étirer autour de grandes proies. Un expert avait précédemment déclaré à la BBC que les pythons mangent généralement des rats et d’autres animaux, « mais une fois qu’ils atteignent une certaine taille, c’est presque comme s’ils ne s’embêtaient plus avec les rats parce que les calories n’en valent pas la peine ».

« En fait, ils peuvent atteindre la taille de leur proie », a déclaré Mary-Ruth Low, responsable de la conservation et de la recherche pour Wildlife Reserves Singapore. Cela peut inclure des animaux aussi gros que des cochons ou même des vaches.