Guerre au Tigré : Un accord de paix signé pour une « cessation des hostilités »

Guerre au Tigré : Un accord de paix signé pour une « cessation des hostilités »

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

C’est ce mercredi 2 novembre 2022 que l’accord a été signé. C’était sous l’égide de l’Union africaine et c’est l’ancien président du Kenya, Uhuru Kenyatta qui a servi de médiateur à la crise. Plusieurs points de compromis ont été trouvés pour mettre fin aux hostilités après deux ans de conflit.

Les principaux points de la déclaration signée par le gouvernement et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF)

Conformément à l’article 3 de l’accord pour une paix durable et une cessation permanente des hostilités, les représentants du gouvernement de la République d’Éthiopie et du TPLF ont convenu d’annoncer au peuple éthiopien et au reste du monde qu’après dix jours de négociations, ils ont conclu un accord de paix.

Nous avons convenu de faire taire définitivement les armes et de mettre fin à deux années de conflit dans le nord de l’Éthiopie.

Il est fondamental que nous réaffirmions notre engagement à sauvegarder la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Éthiopie et à faire respecter la Constitution de la République fédérale démocratique de l’Éthiopie. (…) Nous avons convenu d’un programme détaillé de désarmement, de démobilisation et de réintégration des combattants du FPLT, en tenant compte de la situation sécuritaire sur le terrain.

Nous sommes convenus que le gouvernement éthiopien renforcera sa collaboration avec les organismes humanitaires afin de continuer à acheminer l’aide à tous ceux qui en ont besoin.

Nous sommes convenus de mettre en œuvre des mesures transitoires comprenant le rétablissement de l’ordre constitutionnel dans la région du Tigré, un cadre pour le règlement des différends politiques et un cadre politique pour la justice transitoire dans le but de garantir la responsabilité, la vérité et la réconciliation.

Pour commencer à mettre en œuvre ces engagements sans délai, nous avons approuvé de cesser toute forme de conflit et de propagande hostile. Nous ne ferons que des déclarations qui soutiennent la mise en œuvre rapide de l’accord.

Le gouvernement éthiopien poursuivra ses efforts pour rétablir les services publics et reconstruire les infrastructures de toutes les communautés touchées par le conflit.

Nous sommes convaincus que les amis de l’Éthiopie et les membres de la communauté diplomatique apporteront leur soutien à la reconstruction des infrastructures dans les communautés touchées et au redressement économique du pays.