France : Un prêtre drogue un adolescent de 15 ans dans un hôtel et commet l’irréparable ; les faits

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

L’abbé Yannick Poligné, curé près de Rennes, a été mis en examen dimanche pour viol aggravé sur un adolescent et provocation de mineur à l’usage de stupéfiants. Il a été placé en détention provisoire à Paris.

Dans le milieu catholique rennais, l’information fait l’effet d’un coup de tonnerre. Dimanche, l’abbé Yannick Poligné, qui a exercé plusieurs ministères dans le diocèse de Rennes, a été mis en examen et placé en détention provisoire à Paris. Motif principal : viol aggravé par le fait d’avoir administré de la drogue à l’insu de sa victime, mineure. Le prêtre, âgé de 52 ans, est également poursuivi pour mise en danger d’autrui et provocation de mineur à l’usage de stupéfiant, a indiqué, ce jeudi, le parquet de Paris, confirmant une information de RTL.

Les faits de viol auraient été commis dans la nuit du 3 au 4 novembre dans la capitale. Selon une source proche du dossier, le prêtre et le mineur, âgé de 15 ans, auraient fait connaissance sur l’application de rencontres homosexuelles Grindr. Ils seraient montés dans une chambre d’hôtel dans laquelle le prêtre aurait proposé plusieurs drogues au jeune garçon, notamment de la MDMA et du GBL, une drogue de synthèse qui s’apparente à du GHB. Ces produits l’auraient rendu malade.

Après avoir lété violé, l’adolescent, se réveillant seul et sonné dans la chambre, aurait alerté des amies qui sont parvenues à le géolocaliser grâce à son portable, permettant aux pompiers de le secourir. En garde à vue, le prêtre violeur aurait assuré ignorer l’âge du garçon, ce dernier ayant indiqué être majeur sur l’application, indique RTL. Il aurait ajouté se rendre régulièrement à Paris pour rencontrer des hommes et avoir des relations sexuelles dans des hôtels parisiens.

« Beaucoup se sentent trahis »

Yannick Poligné a été ordonné prêtre en 1999 et a connu de nombreuses églises de la région rennaise. Il a officié à Cesson, puis à Rennes, à Betton et à Redon. Plus récemment, il était curé de la paroisse Saint-Louis-Marie en Brocéliande, dont les presbytères sont situés à Montfort-sur-Meu et Bédée, à l’ouest de la capitale bretonne.

Dans la foulée de la publication de l’information, l’évêque du diocèse de Rennes, Mgr Pierre d’Ornellas, a réagi dans un communiqué. « Je veux avant tout assurer la personne victime de ma compassion et de mon entier soutier », déclare-t-il. « Je comprends et partage la douleur, la colère ou la stupéfaction que les fidèles et les prêtres du diocèse peuvent éprouver (…). » Pierre d’Ornellas, qui affirme être prêt à collaborer avec la justice, poursuit : « Beaucoup lui ont fait confiance et se sentent trahis. »

 Avec Afrik Plus