Europol et FBI démantèlent un site d’escroquerie à grande échelle dans le monde

Europol FBI démantèlement site d’escroquerie grande échelle dans le monde

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Une opération Internationale menée par le Royaume-Uni a permis de mettre la main sur plus de 115 millions d’euros et 142 suspects. Les suspects interpellés utilisaient un site internet pour soutirer de l’argent et accéder à des comptes bancaires à grande échelle partout dans le monde. Cette opération de démantèlement et d’arrestation a été possible grâce à l’implication des services de police dans plusieurs pays de l’UE.

Cette opération internationale représente l’une des plus importantes menées par le Royaume-Uni. Plus de 100 personnes ont été arrêtées rien qu’au Royaume-Uni, principalement pour fraude. Cette vaste opération a été menée de manière coordonnée avec l’agence judiciaire européenne EurojustEuropol et le FBI, mais aussi avec la forte participation des pays comme l’Australie, les États-Unis, le Canada et l’Ukraine.

Mark Rowley, le nouveau chef de la police londonienne, s’est félicité de la neutralisation de ce site qui a « permis à des escrocs de duper des innocents à grande échelle ». Dans un communiqué, le nouveau chef a déclaré que « L’exploitation de la technologie par des délinquants organisés est l’un des défis les plus importants (…) au XXIe siècle ». Cependant, « Avec le soutient de nos partenaires au Royaume-Uni et à l’international, nous réinventons la manière dont on enquête sur la fraude », a-t-il ajouté. D’ailleurs, des serveurs informatiques ont été fermés aux Pays-Bas et en Ukraine.

Le site Internet nommé iSpoof était utilisé par des escrocs pour soutirer de l’argent et des accès à des comptes bancaires à grande échelle. Grâce à l’utilisation du site, ces malfaiteurs se faisaient notamment passer pour des représentants de grandes banques en affichant des numéros de téléphone dignes de confiance (établissements bancaires, bureaux des impôts ou organismes officiels) pour soutirer au téléphone ou par SMS de l’argent ou des codes d’accès à des comptes.

Selon les services d’interventions, les escrocs payaient le site en Bitcoin, entre 150 et 5 000 livres sterling. L’organisateur présumé du site iSpoofTeejai Fletcher âgé de 34 ans a été inculpé et placé en détention provisoire. D’autres suspects identifiés dans le pays ont été signalés aux services d’enquête aux Pays-Bas, en Australie, en France et en Irlande. En un an, jusqu’à août dernier, 10 millions d’appels ont été effectués dans le monde, environ 40 % vers les États-Unis, un tiers vers le Royaume-Uni.

Le nombre de potentielles victimes ciblées par cette escroquerie s’élève à plus de 200 000, pour un préjudice qui se compte en dizaines de millions de livres sterling rien qu’au Royaume-Uni, selon la police de Londres. Le préjudice moyen signalé est estimé à 10 000 livres sterling (11 600 euros), pour un total déclaré de 48 millions de livres (55 millions d’euros) au Royaume-Uni.

La responsable de la lutte contre la cybercriminalité de la police de Londres, Helen Rance a confié que le démantèlement du groupe de iSpoof, a permis d « empêcher de nouvelles infractions et empêché des fraudeurs de cibler de futures victimes ». Pour Catherine de Bolle, directrice générale d’Europol, « ces arrestations envoient le message aux cybercriminels qu’ils ne peuvent plus se cacher derrière l’anonymat international qu’ils perçoivent ». Aussi, Helen Rance a tenu à lancer à l’endroit lancé des utilisateurs du site un message très fort : « Nous avons vos coordonnées et travaillons dur pour vous localiser, où que vous soyez ».