Etats-Unis : Un concierge surpris en train de plonger ses parties génitales dans la bouteille d’eau d’une collègue

concierge parties génitales

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Une femme mariée, mère de deux filles, affirme avoir été infectée par une maladie sexuellement transmissible incurable après qu’un concierge ait plonger ses parties génitales dans sa bouteille d’eau au bureau.

Lucio Diaz, 50 ans, a été accusé d’attentat à la pudeur et d’agression aggravée avec une arme mortelle. Les deux accusations sont liées à la même victime.

« Cet individu est un malade », a déclaré la victime de 54 ans, qui n’a pas souhaité être identifiée, à notre station sœur de Houston. En août, elle a remarqué une odeur nauséabonde dans le distributeur d’eau des employés du cabinet médical de l’East Freeway où elle travaille. Par la suite, elle s’est jurée de ne boire que dans les bouteilles d’eau qu’elle apportait au travail.

Puis, fin septembre, elle a pensé que sa propre bouteille d’eau avait été souillée par de l’urine. Les dossiers du tribunal montrent qu’une analyse d’urine l’a confirmé. Mais c’est la caméra espionne qu’elle a achetée qui n’a laissé aucune place aux questions, a-t-elle dit. Elle n’a partagé qu’une image fixe de la vidéo, mais a autorisé ABC13 à la regarder dans son intégralité.

« Il sort son pénis et le met dans ma bouteille, en gros, il se rince le pénis dans l’eau », a-t-elle expliqué. Des tests supplémentaires ont apporté des nouvelles dévastatrices.

« J’ai appris que j’ai acquis (une maladie sexuellement transmissible) pour laquelle il a également été testé positif », a-t-elle déclaré. « Il m’a donné une MST que j’aurai pour le reste de ma vie. Rien ne pourra changer cela. Rien ne va améliorer ma situation. En fait, j’ai l’impression que, pour le reste de ma vie, je devrai faire attention.« 

Les dossiers judiciaires montrent que Diaz est sous garde de l’Immigration and Customs Enforcement. Le statut d’immigration et de travail du ressortissant mexicain n’est pas clair. La victime a déclaré que Diaz a continué à travailler dans l’immeuble même après que la direction en ait été informée. Elle travaille avec l’avocate Kim Spurlock.

« Ils ont le devoir de protéger leurs locataires, et ils ont totalement manqué à leurs responsabilités », a déclaré Mme Spurlock.