Entrepreneuriat : les 6 jeunes à suivre de près en Afrique de l’Ouest

Entrepreneuriat les 6 jeunes à suivre de près en Afrique de l’Ouest

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Chaque année, le prix Anzisha souhaite mettre à l’honneur les jeunes entrepreneurs africains de 15 à 22 ans. Organisé par l’African Leadership Academy et la Fondation Mastercard, le prix Anzisha a déjà soutenu de très jeunes entrepreneurs. 122 entrepreneurs ont pu être mis en lumière à travers ce prix, et 77 de ces entreprises ont créé plus de 2 000 emplois. Les entrepreneurs gagnants reçoivent des financements allant de 2 500 à 25 000 dollars. Découvrez ainsi qui sont aujourd’hui les plus jeunes entrepreneurs d’Afrique de l’Ouest.

Aseitu Olivia Kipo – 22 ans – Ghana

Olivia Aseitu Kipo, étudiante de 22 ans en biochimie, a décidé de fonder Kobaa-Ok. Cette entreprise agricole créée en 2019 délivre 3 services : La production de légumes biologiques -la marchandisation de ces légumes aux restaurants, hôtels et particuliers du Nord du Ghana – des conseils pour les agriculteurs qui cultivent des légumes. Kobaa-Ok s’inscrit dans une démarche écoresponsable. En effet, tous les déchets organiques sont utilisés comme compost pour l’exploitation agricole. 1 an après sa création, Kobaa-Ok embauche 8 employés à temps plein; et 8 personnes en temps partiel. Aujourd’hui, c’est un succès pour Oliviea Aseitu Kipo. En moyenne, 150 clients font appel à ses services. En seulement 4 mois, son revenu a atteint 9200$, soit 3622$ de profit généré.

Saly Sarr – 19 ans – Sénégal

C’est à tout juste 19 ans que Sally Sarr, alors étudiante en finance à Dakar, créé sa marque de mode. Selon elle, l’artisanat sénégalais est trop sous-estimé. Elle compte valoriser l’expertise sénégalaise en créant SallyMaa. Avec cette entreprise de mode, elle souhaite produire des chaussures en cuir uniques, issues d’artisans sénégalais. Désormais âgée de 22 ans, Sally Sarr est finaliste du prix Anzisha. À travers sa startup, elle embauche aujourd’hui 4 employés en temps plein ; et 2 employés en temps partiel.

Joshua Adabie – 22 ans – Ghana

Poursuivre des études universitaires était une ambition compromise pour Joshua Adabie et son frère jumeau. Cependant, leur mère ayant réussi à ouvrir un orphelinat sans soutien financier, le sens de la débrouille leur était inné. Joshua souhaitait lui aussi se lançait dans la voie de l’entrepreneuriat. Il a soudain l’idée de vendre du pop-corn aromatisé, intitulé Popking. Au Ghana, le pop-corn est une friandise très commune. Cependant, la plupart des fournisseurs ne vendent que du pop-corn salé. À travers cette démocratisation du pop-corn sucré, Popking devient rapidement connu dans la région. De nombreux points de vente sont installés, proposant ces produits disponibles en plusieurs saveurs. Joshua tient à ce que ses vendeurs ne manquent de rien : Popking paie des commissions plus élevées à ses vendeurs que la moyenne du marché. D’autre part, Popking s’assure également du logement des vendeurs.

Omonlola Aniannmbossou – 21 ans – Bénin

Omonlola Loïs Aniambossou est originaire des régions rurales du Bénin. Au sein de sa communauté, les problèmes d’électricité sont récurrents. Pour pallier à cela, elle se lance dans la création d’Abiathar Services. Son objectif ? Améliorer l’accès à l’électricité et réduire son coût. Cette startup offre des services d’installation, de surveillance et de réparation aux propriétaires d’appareils électriques tels que les climatiseurs, les réfrigérateurs et les caméras de surveillance. Abiathar Service s’adresse principalement aux clients des zones reculées et rurales du Bénin.

Adjei Nyamekye – 17 ans – Ghana

Il s’agit de la plus jeune entrepreneuse de cet article : 17 ans !

Adjeiwaa Nyamekye, aujourd’hui étudiante en science, est la 3ème enfant d’une famille de 6 enfants. Durant sa jeunesse, elle grandit avec la douleur de perdre 3 membres de sa famille, dont sa mère, à cause du paludisme. C’en est trop pour Adjeiwaa Nyamekye. Elle est désormais déterminée à lutter contre la propagation du paludisme. Elle prend alors l’initiative de mettre à profit son diplôme en sciences pour concevoir un piège à moustiques. Il s’agit d’une ampoule LED, aux résistances spécialisées, qui attire les moustiques vers l’ampoule. Grâce à l’architecture du boitier, le moustique est ensuite piégé. Une pile est insérée dans l’ampoule pour stocker de l’énergie afin de produire de la lumière pendant les pannes de courant. L’ampoule peut ainsi tenir pendant 12 heures. Aujourd’hui, l’entreprise a vendu plus de 20 000 unités de piégeage de moustiques et d’ampoules LED d’urgence.

Ijeje Hephwibah – 20 ans – Nigeria

Hephzibah est une jeune étudiante en économie de 20 ans. Passionnée de commerce, l’environnement lui tient tout autant à cœur. Elle est d’ailleurs membre du JCI, Joint Chambers International, une organisation pour les jeunes citoyens qui cherchent à créer un impact durable dans les communautés à travers une sensibilisation de masse et d’actions pour l’environnement. Afin d’apporter sa pierre à l’édifice pour relever les défis environnementaux au Nigeria, Hephzibah Ijeje cofonde Recyclift Limited. Recyclift est un projet de recyclage. Il vise à se débarrasser des déchets de l’environnement et à générer de la richesse en les recyclant. Recyclift achète et récupère les déchets des maisons, des bureaux, des bars, des accumulateurs et des lieux d’événements. Les articles sont ensuite triés pour être traités. Recyclift permet ainsi d’apporter un développement durable à la communauté nigériane. Aujourd’hui, Recyclift a traité plus de 8000kg de plastique, et embauche 11 personnes.

Avec Entreprendre.sn