Drake perd 2 millions de dollars dans un pari

Drake perd 2 millions de dollars en pariant sur…

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Drake a perdu une coquette somme de 2 millions de dollars en pariant sur un combat d’UFC. C’est ce que nous apprend TMZ.

Dans le combat pour le titre des poids moyens de l’UFC, Drake a fait un mauvais pari et a perdu une importante somme. Le combat de la finale a eu lieu entre le champion des poids moyens en titre Israel Adesanya et Alex Pereira. Tout s’est déroulé au Madison Square Garden de New York.

Avant l’affrontement, le rappeur a publié son ticket de paris. L’investissement s’est fait grâce à l’application Stake avec laquelle Drizzy est associé.

Sur le ticket, on aperçoit bien que le prince de Toronto a misé 2 millions de dollars sur la victoire d’Israel Adesanya. En partageant la capture d’écran, le rappeur a ajouté : «Je me suis concentré sur l’album gotta get back to stacking up ».

Un pari perdu

Finalement, Drake a vu son investissement ne pas porter de fruit. Alors qu’Israel Adesanya semblait contrôler la rencontre jusqu’au 4e round, il y a eu un revirement de situation. Au round suivant, Pereira a frappé Adesanya avec un enchaînement de coups de poing qui l’a laissé étourdi. Israel Adesanya a quand même tenté de résister. Mais l’arbitre a préféré mettre un terme à l’affrontement.

Une telle fin n’a certainement pas plu à Drake. Mais il est possible que les pertes s’accumulent pour le rappeur.

Dans sa tentative de promotion de son album Her Loss avec 21 Savage, il a fait circuler de fausses couvertures du magazine Vogue. Condé Nast, société propriétaire de Vogue, a entamé une action en justice réclamant 4 millions de dollars.

En attendant le procès du 22 novembre, la société a pris une sérieuse option pour gagner ce procès. Drake et 21 Savage sont frappés d’une ordonnance restrictive temporaire. Cette décision a été prise par Jed Rackoff, le juge de district américain.

« L’émission de l’ordonnance restrictive temporaire demandée est dans l’intérêt public pour protéger le public contre la confusion, la tromperie et l’erreur ».