Côte d’Ivoire : Un gendarme tué par son propre collègue ; les révélations troublantes

Côte d'Ivoire Gendarme Tué

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Les premières informations d’une enquête sur le meurtre d’un gendarme en Côte d’Ivoire sont assez troublantes. Selon les informations relayées par Business Actuality, le gendarme aurait été tué par son propre collègue lors d’une intervention sur le terrain.

En effet la Côte d’Ivoire toute entière avait appris avec grande tristesse la mort d’un gendarme dénommé N. K. Y. D. G à N’Zianouan, une localité située dans le sud de la Côte d’Ivoire, plus précisément, à 200 km d’Abidjan. Le gendarme en question était en service à la gendarmerie de Tiassalé. Celui-ci avait été tué pendant une intervention sur le terrain. Cette intervention avait pour but de démolir un fumoir.

Selon les premières versions des faits données par ses collègues, il était dit que l’homme avait été tué suite à des échanges de coup de feu entre gendarmes et dealers. Ceux-ci auraient affirmé que le gendarme avait été tué par un dealer.

Cependant, après la version des faits donnée par les collègues gendarmes de la victime, le procureur militaire, Ange Kessi a tout de même procédé à une enquête afin de vérifier la véracité des faits.

Suite aux investigations menées par le procureur militaire, il en ressort que la victime aurait été abattue par un collègue gendarme. Et c’est ce mercredi 19 octobre 2022 que la nouvelle a été annoncée à la famille du défunt dans les locaux du procureur. Il aurait annoncé la nouvelle aux parents de la victime sans toutefois mentionner le nom du coupable.

« L’information a été donnée à la famille du défunt par le procureur lui-même, ce mercredi 19 octobre 2022 dans son bureau sis à Cocody- Angré. Le procureur militaire de s’être rendu sur les lieux pour reconstituer les faits et à la suite de ces investigations, la balle qui a tué le MDL chef, n’est autre qu’une balle des gendarmes », affirme la source.

Néanmoins, la famille s’est dite soulagée du fait que le coupable ait été mis à nu. Celle-ci envisage donc de procéder à l’enterrement de la dépouille du gendarme le 4 novembre à Brindoukro.

« D’après le Contre-amiral Ange Kessi, il est tombé sur les champs d’honneur et il se pourrait qu’une unité des élèves gendarmes porte son nom et que l’état prendra toutes les dispositions pour qu’il soit inhumé dignement », ajoute la source.