Côte d’Ivoire : KS Bloom donne plus de détail sur son agression au Sénégal

Le chanteur ivoirien KS Bloom avait annoncé avoir été copieusement battu par des policiers et commissaires en service à l’aéroport de Dakar

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Le chanteur ivoirien KS Bloom avait annoncé dans un court message avoir été victime de violences à l’aéroport du Sénégal dans la nuit du jeudi 10 au vendredi 11 novembre 2022. Quelques heures après ces révélations, le nouveau gagnant des Primud d’or a donné dans une vidéo partagé sur la toile les moindres détails de l’acte de barbarie qu’il a subie.

Le jeudi 17 novembre 2022, le chanteur ivoirien KS Bloom avait annoncé avoir été copieusement battu par des policiers et commissaires en service à l’aéroport de Dakar au Sénégal. Par la suite, l’artiste a fait une vidéo dans laquelle il a précisé avoir été malmené, brutalisé et giflé pendant plusieurs heures pour avoir réclamé un peu de courtoisie. Dans sa vidéo de ce jeudi soir, KS Bloom révèle que cette scène a été possible grâce à la main invisible d’une personne qu’il connaît très bien.

Selon l’artiste, à son arrivée au comptoir, le policer en service dans la nuit du jeudi lui a demandé le nom de l’hôtel où il allait loger. « Je lui ai répondu que je ne sais pas parce que ce n’est pas moi qui ai signé le contrat. Alors il m’a dit de me mettre de côté en attendant que le reste de mon équipe me rejoigne pour donner les informations nécessaires », a-t-il raconté. Un ordre auquel l’artiste dit avoir obéit en se mettant à l’endroit indiqué.

« Mais après, il me dit : Hé monsieurquittez là, je dis, mais pourquoi il me dit ça alors que c’est lui-même qui m’a demandé de me mettre là. Alors je dis, monsieur, vous avez un problème avec moi ? Je n’ai pas fini la phrase, le monsieur sort de sa cabine, il vient, il me pousse devant tout le monde », a déploré l’artiste. Et ce sera la goutte d’eau qui fera déborder le vase. Car, à l’arrivée de son manager et des autres membres de son équipe, KS Bloom a fait le point de ce qui venait de se passer. Ensemble, ils ont décidé de se plaindre à la hiérarchie policière. Mais c’était sans compter sur les gifles que recevra l’artiste tout au long de cette nuit.

« J’étais tellement choqué que je n’ai rien dit. J’ai baissé la tête. Le chef de mission est allé voir le responsable de la sécurité, pour dénoncer les faits. Mais on l’a refoulé. Et j’ai dit, monsieur, on m’a réellement poussé, si vous voulez, vous pouvez voir les caméras de l’aéroport. Il a dit clairement que c’est lui qui décide si on doit regarder les vidéos ou pas ». Pour KS Bloom, ce n’est pas concevable qu’à un aéroport international qu’on puisse pousser un passager alors qu’il faut un minimum de respect. Le groupe sera rejoint par la suite par un policier en civil qui a demandé le passeport de l’artiste.

« Il me demande d’entrer, moi seul, au milieu de tous les policiers qui sont fâchés. Juste après ça, les policiers sont venus m’attraper, l’autre a pris mon pied, l’autre a pris mon bras, ils m’ont tiré pour me faire rentrer dans le bureau de force. Dès qu’ils me font assoie sur le fauteuil, Gbaa, le premier, me gifle sur les yeux et je reçois le deuxième coup puis je lève la tête. J’ai dit, monsieur, vous êtes en train de me taper dessus, et il me tape encore. Dépassé, j’ai voulu me lever, ils me font assoie et me tapent encore », a déploré KS Bloom. Mais sa mésaventure n’était pas prête de finir. Ks Bloom soutient avoir été giflé à plusieurs reprises par un commissaire dans son bureau.

À l’en croire, 30 minutes plus tard, les policiers l’ont fait ressortir de la salle. « Arrivée à l’ascenseur, ils disent à mon équipe de prendre les escaliers. Il me dit, tu seras le seul à répondre de tes actes » a-t-il dit. Des propos qui étonnent l’artiste qui estime que c’est à lui qu’ils ont parlé comme un chien, c’est lui qu’ils ont poussé, c’est lui qu’ils ont brutalisé et que c’est également lui qui a été giflé. C’est dans le bureau du commissaire que l’artiste a reçu des « gifles célestes » qu’il n’oubliera certainement jamais. « Ils m’ont envoyé dans le bureau du commissaire. Il dit : monsieur, vous faites le désordre dans l’aéroport.

Il a parlé, puis dès que je prends la parole, Monsieur le Commissaire m’a envoyé des gifles célestes et a commencé par me taper. Je parle un peu, on me tape, il me pose une question, je réponds, il me gifle, quand je ne réponds pas aussi, il me tape. Je dis, monsieur, c’est vous qui êtes censés me protéger », a lâché l’artiste qui estime que c’est de son droit de se plaindre après le geste déplacé du policier au comptoir. Ils en étaient là quand un artiste sénégalais qui passait a reconnu KS Bloom et l’a présenté aux policiers. Pris de panique, avant sa libération, l’artiste a été contraint de signer une décharge dans laquelle il reconnaît avoir manqué de respect aux policiers. À en croire l’artiste, pour se libérer de leurs griffes, il n’a rien contesté et s’est juste contenter d’écrire un texte qui lui a été dicté par le commissaire.