Cameroun : hausse du nombre d’enlèvements contre rançon

enlèvements cameroun

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

La hausse du nombre d’enlèvements contre rançon au Cameroun a inquiété le maire de Touboro, une ville située à une douzaine de kilomètres du village de Mbah-Laindé. Il est venu rendre visite à Touhoulia Elie et à d’autres rescapés.

« De janvier à aujourd’hui, il y a eu des centaines d’enlèvements. Et les rançons qui sont versées sont estimées en millions de francs CFA, il n’y a pas de chiffre précis », indique Célestin Yandal.

« Le tissu économique de notre localité repose sur l’agriculture, l’élevage et le commerce. Donc, malgré toutes ces facilités de base, tout n’est pas possible.« 

60 enlèvements en 3 mois
Si le maire loue la construction de la base militaire, les témoignages mentionnant que les kidnappeurs opèrent depuis le Tchad est une source d’inquiétude.

« C’est grave, car les anciens otages évoquent tout un groupe de centaines de personnes, qui, une fois qu’ils ont opéré du côté camerounais dans nos villages, se replient du côté tchadien », conclut-il.

Même si la période de récolte bat son plein, de nombreux produits pourrissent dans les champs. L’économie de Touboro dépend de l’exportation de bétail et de produits agricoles vers le Tchad et la République Centrafricaine.

Les enlèvements ont tout perturbé. Beaucoup se demandent qui va redonner vie à ces villages moribonds ? Certains ont suggéré que les forces camerounaises soient autorisées à poursuivre les kidnappeurs au Tchad pour mettre fin au phénomène. Ces trois derniers mois, 60 enlèvements avec demande de rançon ont été enregistrés.