Brésil : Lula qualifie le président Bolsonaro de « tout petit dictateur »

brésil lula bolsonaro petit dictateur

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Le candidat de gauche à la présidence du Brésil Luiz Inácio Lula da Silva, a qualifié le président sortant d’extrême droite, Jair Bolsonaro, de « tout petit dictateur » et de « roi des fausses nouvelles et de la stupidité » lors d’un débat télévisé qui contribuera à définir l’avenir politique de l’une des plus grandes démocraties du monde.

L’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, qui a failli battre Bolsonaro au premier tour de l’élection présidentielle en septembre, a réprimandé son adversaire sur sa gestion du Covid et de la déforestation galopante de l’Amazonie au cours de cette rencontre animée de deux heures.

« Le fait est que votre négligence a entraîné la mort de 680 000 personnes, dont plus de la moitié auraient pu être sauvées », a déclaré Lula à Bolsonaro, dont le sabotage des mesures de confinement du coronavirus et des efforts de vaccination a suscité l’indignation mondiale.

« Jamais auparavant, dans l’histoire, il n’y a eu un gouvernement qui a joué avec une pandémie ou avec la mort comme vous l’avez fait », a déclaré Lula à propos de Bolsonaro, qui a qualifié le Covid de « petite grippe » et affirme ne pas avoir été vacciné.

Lula, que les sondages donnent cinq ou six points d’avance sur Bolsonaro avant le second tour du 30 octobre, a également attaqué les atteintes à l’environnement de son rival. « Vous n’avez montré aucun respect pour l’Amazonie – aucun », a déclaré Lula, promettant de créer un ministère pour les peuples autochtones s’il est élu.

« Nous allons gagner ces élections pour pouvoir nous occuper de l’Amazonie et rendre illégales les invasions constente des terres indigènes et l’exploitation minière illégale. »

Bolsonaro a contre-attaqué dans ce qui était le premier débat en face à face entre les deux politiciens au cours de la lutte frêle pour le pouvoir de cette année. Le radical d’extrême droite, qui a été élu en 2018 après que Lula a été emprisonné pour des accusations de corruption qui ont ensuite été annulées, a réprimandé son adversaire pour les scandales de corruption qui ont entaché les 14 années que son Parti des travailleurs (PT) a passées au pouvoir, de 2003 à 2016. « Vous êtes un embarras national », a déclaré Bolsonaro lors du débat dans la plus grande ville du Brésil, São Paulo.

Les Brésiliens, progressistes, avaient espéré que Lula remporte une victoire écrasante sur Bolsonaro au premier tour de l’élection, mais le populiste adepte de Donald Trump a fait mieux que ce que prévoyaient la plupart des sondages, obtenant 43 % des voix contre 48 % pour Lula. Les sondages avaient prévu que Bolsonaro ne recevrait pas plus de 37 %.

Lula reste le favori, mais la performance de Bolsonaro, meilleure que prévue, signifie que l’élection risque de rester très serrée jusqu’à l’annonce des résultats.