Afghanistan : Les talibans interdisent les salles de sport aux femmes

Turquie : Les talibans condamnent l’attentat terroriste

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Les talibans interdisent aux femmes d’utiliser les salles de sport en Afghanistan, a déclaré un responsable. Il s’agit du dernier décret en date du groupe religieux qui réprime les droits et libertés des femmes depuis leur prise de pouvoir il y a plus d’un an.

Les talibans ont envahi le pays l’année dernière et ont pris le pouvoir en août 2021. Ils ont interdit aux filles l’accès au collège et au lycée, malgré les promesses initiales faites au pays, restreint l’accès des femmes à la plupart des domaines d’emploi et leur ont ordonné de porter des vêtements de la tête aux pieds en public.

Un porte-parole du ministère de la Vertu et du Vice a déclaré que l’interdiction était introduite parce que les gens ignoraient les ordres de ségrégation des sexes et que les femmes ne portaient pas le hijab, ou couvre-chef, obligatoire. Les femmes sont également interdites dans les parcs.

L’interdiction faite aux femmes d’utiliser les salles de sport et les parcs est entrée en vigueur cette semaine.
Mohammed Akef Mohajer, porte-parole du ministère du vice et de la vertu nommé par les talibans, a déclaré que le groupe avait « fait de son mieux » au cours des 15 derniers mois pour éviter de fermer les parcs et les salles de sport aux femmes, d’ordonner des jours de la semaine séparés pour l’accès des hommes et des femmes ou d’imposer la ségrégation des sexes. « Mais, malheureusement, les ordres n’ont pas été respectés et les règles ont été violées, et nous avons dû fermer des parcs et des gymnases pour les femmes », a déclaré Mahjer.

« Dans la plupart des cas, nous avons vu des hommes et des femmes ensemble dans les parcs et, malheureusement, le hijab n’était pas respecté. Nous avons donc dû prendre une autre décision et, pour l’instant, nous avons ordonné la fermeture de tous les parcs et salles de sport pour les femmes.« 

Des équipes de talibans vont commencer à surveiller les établissements pour vérifier si les femmes les utilisent toujours, a-t-il ajouté.

Les partisans de la ligne dure semblent avoir le dessus sur l’administration dirigée par les talibans, qui peine à gouverner et reste isolée au niveau international. La récession économique a plongé des millions d’Afghans supplémentaires dans la pauvreté et la faim, alors que le flux d’aide étrangère s’est réduit comme peau de chagrin.